La version française suit

Last week, City Council approved a new Official Plan for Ottawa. This is the main policy document that will guide growth and redevelopment in Ottawa over the next 25 years as we grow from one million people to 1.4-million people and beyond.   The City of Ottawa hasn’t adopted a new Official Plan since 2003, so this was an overdue and thorough process. It took two-and-half years of work, thousands of comments from residents and stakeholders, and dozens of hours of committee meetings to get the final draft ready for Council’s near-unanimous vote.

This plan sets us in a much better direction than our old plan to manage the city’s growth:

  • Growth will happen close to transit, so that more and more of our trips happen by bus, train, bike, and on foot. We’ll need to rely less on cars as Ottawa gets bigger.
  • More and more new homes will be built inside the existing urban boundary, rather than push farther and farther out into the suburbs. This intensification strategy will mean gradual change across the entire city, rather than just concentrated downtown.
  • A greater focus on climate change, public health, and equity (social, gender, and racial equity).

As co-chair of the Planning Committee and part of the Council Sponsors Group that helped to shepherd the plan to completion, some of my contributions included:

  • Requiring “gating policies” to shorten the gap between when homes are built and transportation infrastructure is built to support them.
  • Clarifying the definition of affordable housing so that affordable rent is calculated based on the median household income of renters, not homeowners. That’s a difference of $46,670 vs. $111,304 per year (median income for all households combined is $86,969).
  • Helping to establish stricter conditions and financial agreements to make developers fund required infrastructure in the new “Tewin” expansion area. .

 

New lands for Stittsville

The plan includes new expansion in the suburbs – 1,281 hectares in total – with about 75 of those hectares will come along the edges of Stittsville, on a piece of land just west of Timbermere, and another parcel near the Traditions II / Edenwylde neighbourhoods south of Fernbank Road. Another area was evaluated in Stittsville just beyond the West Ridge and Deer Run neighbourhoods, but those lands were not selected. I’m glad this area was avoided, given how close it is to sensitive natural areas.

What happens next?

It will still be a while until the Official Plan applies to new developments. For starters, the plan still needs approval by the Ministry of Municipal Affairs and Housing at the Provincial level. That’s expected to take about six months. Development approvals already submitted will continue under the “old” plan. We also have a lot of work ahead to implement the plan by updating our zoning by-laws and other policy documents (Next up is a comprehensive zoning by-law update to match the City’s zoning with the new policies and goals of the Official Plan.)

There are three aspects that need more focus and attention:

  1. Affordable housing and the housing crisis. There’s a 10-year waiting list for affordable housing, and many first-time buyers or seniors who are downsizing are struggling to access homes – both rental and ownership.
  2. Infrastructure and amenities. Currently things like roads, transit, parks, rec centres, fire stations and other infrastructure is paid for by development charges. But we’re falling behind, so we’ll need to find other ways to fund these projects. There are also amenities that are outside the City’s control, like schools, doctors and retail services. How can we provide all communities access to the services they need?
  3. Local involvement in the planning process. As we implement the new comprehensive zoning by-law and develop secondary plans, we need to do a better job with involvement and buy-in from local communities.

 

Engagement and local planning

There was strong involvement from residents that shaped the development of this plan. In October 2019, we had a big turn-out for two in-person workshops at Johnny Leroux Arena where residents provided feedback and ideas. Fast forward to October 2021, when nearly 100 public delegations made presentations over the first two days of the deciding planning committee meeting . The ideas and concerns from residents directly led to dozens of motions on the final day of deliberations that changed the new Official Plan for the better.

Thank you to everyone who provided feedback and helped improve the plan. We see again and again that cities with the best quality of life also have a ton of involvement from residents in planning their communities. I hope that we can build on what we’ve started with the new Official Plan here in Ottawa as our city continues to evolve.


 

Bloc-notes : La Ville approuve le nouveau Plan officiel

La semaine dernière, le Conseil municipal a approuvé le nouveau Plan officiel d’Ottawa. Il s’agit du principal document-cadre qui guidera, dans les 25 prochaines années, la croissance et le réaménagement d’Ottawa, dont la population passera de 1 million à 1,4 million d’habitants ou plus.   Puisque la Ville d’Ottawa n’avait pas adopté de nouveau plan officiel depuis 2003, il a fallu mener un processus rigoureux, attendu depuis longtemps. Pour soumettre au Conseil le texte final de la version provisoire du Plan, qu’il a adoptée dans un scrutin quasi unanime, il a fallu deux années et demie de travail, des milliers de commentaires de résidents et d’intervenants et des douzaines d’heures de réunions de comités.

Ce plan nous apporte une bien meilleure orientation que l’ancien plan dans la gestion de la croissance de la Ville  :

  • La croissance se déroulera non loin des stations de transport en commun; ainsi, nos déplacements se feront de plus en plus en autobus, en train, à vélo et à pied. Nous dépendrons moins de la voiture dans le cadre de la croissance d’Ottawa.
  • De plus en plus d’habitations nouvelles seront construites à l’intérieur du périmètre urbain existant, au lieu de l’être de plus en plus éloignées dans les banlieues. Cette stratégie de densification transformera graduellement toute la ville, au lieu de se concentrer dans le centre-ville.
  • On consacrera plus d’efforts à la lutte contre les changements climatiques, à la santé publique et à l’équité (sociale, des genres et raciale).

Voici la contribution que j’ai apportée à ce plan en ma qualité de coprésident du Comité de l’urbanisme et de membre du Groupe des conseillers parrains qui ont mené à bien ce travail de planification :

  • Il a fallu adopter des « politiques d’encadrement » pour réduire l’écart entre le moment où les habitations sont construites et celui où les infrastructures de transport sont aménagées pour les servir.
  • Nous avons précisé la définition de la notion de logement abordable pour permettre de calculer les loyers abordables d’après le revenu médian des ménages locataires, et non des ménages propriétaires, ce qui représente une différence de 46 670 $ contre 111 304 $ chaque année (puisque le revenu médian de tous les ménages réunis est de 86 969 $).
  • Nous avons permis d’adopter des conditions et des accords financiers plus rigoureux afin d’amener les promoteurs à financer les infrastructures nécessaires dans la nouvelle zone d’expansion de la collectivité de « Tewin ».

Nouveaux terrains pour Stittsville

Le plan prévoit une nouvelle expansion dans les quartiers de banlieue — sur une superficie totale de 1 281 hectares, dont environ 75 hectares seront aménagés à la périphérie de Stittsville, sur un domaine un peu à l’ouest de Timbermere, et dont une autre parcelle sera proche des quartiers Traditions II/Edenwylde au sud du chemin Fernbank. Un autre secteur de Stittsville a été évalué, un peu au-delà des quartiers West Ridge et Deer Run; ces terrains n’ont toutefois pas été retenus. Je suis heureux qu’on ait pu éviter le secteur, compte tenu de la proximité de zones naturelles sensibles.

Les prochaines étapes

Il faudra attendre encore un certain temps d’ici à ce que le Plan officiel s’applique aux nouveaux travaux d’aménagement. Pour commencer, le Plan doit toujours être approuvé par le ministère des Affaires municipales et du Logement du gouvernement provincial. Il faut sans doute compter environ six mois. La Ville continuera d’approuver selon l’« ancien plan » les demandes d’aménagement déjà déposées. Nous avons aussi beaucoup de travail à accomplir pour mettre en œuvre le plan en actualisant nos règlements de zonage et d’autres documents-cadres. (Il faudra ensuite mettre à jour le Règlement de zonage général pour faire concorder le zonage de la Ville avec les nouvelles politiques et les nouveaux objectifs du Plan officiel.)

Nous devrons consacrer plus d’efforts et d’attention aux trois aspects suivants :

  1. Le logement abordable et la crise du logement. Il y a actuellement une liste d’attente de 10 ans pour le logement abordable, et les primo-accédants ou les aînés qui s’installent dans des logements plus modestes sont nombreux et peinent à avoir accès à des logements — qu’ils soient locataires ou propriétaires.
  2. Les infrastructures et les commodités. À l’heure actuelle, ce sont les redevances d’aménagement qui permettent de financer les infrastructures comme les routes, les transports en commun, les parcs, les centres récréatifs et les casernes de pompiers, entre autres. Mais puisque nous sommes en déficit, nous devons trouver d’autres moyens de financer ces projets. Il y a aussi des commodités qui sont indépendantes de la volonté de la Ville, dont les écoles, les cabinets de médecins et les services de détail. Que faire pour permettre à toutes les collectivités d’avoir accès aux services dont elles ont besoin?
  3. L’intervention locale dans le processus de planification. À l’heure où nous mettons en œuvre le Règlement de zonage général et élaborons les plans secondaires, nous devons mieux réussir à faire participer et à consulter les communautés locales.

 

La consultation et la planification locale

Les résidents ont été massivement consultés pour façonner l’élaboration de ce plan. En octobre 2019, nous avons accueilli un grand nombre de participants aux deux ateliers en présentiel tenus à l’aréna Johnny-Leroux; à cette occasion, les résidents ont exprimé des commentaires et des idées. Puis, en octobre 2021, près d’une centaine de délégations publiques ont présenté des exposés dans les deux premières journées de la réunion du Comité de l’urbanisme, appelé à prendre des décisions. Les idées et les motifs d’inquiétude des résidents ont donné lieu directement à des douzaines de motions dans la dernière journée des délibérations, ce qui a permis d’améliorer le nouveau Plan officiel.

Merci à tous ceux et celles qui ont fait des commentaires et qui nous ont aidés à améliorer le Plan. Nous constatons sans cesse que les villes qui offrent la meilleure qualité de vie consultent aussi massivement les résidents dans la planification de leurs collectivités. J’espère que nous pouvons miser sur ce que nous avons entamé avec le nouveau Plan officiel ici à Ottawa à l’heure où notre ville continue d’évoluer.