La version française suit

(Photo: Maple trees at Putney Park/Érables au parc Putney)

With large parcels of land being developed in suburban Ottawa, many trees are being cleared in advance of construction. Residents have asked: what can we do to spare some of these trees?

I’m never happy to see the loss of trees and forests in our community and I wish that we could save more of these natural areas. Unfortunately, given the scale of construction involved in new developments, it can be very challenging to stop the loss of trees. Existing trees are located where future houses and streets will go, and the construction sites typically require regrading of the entire site. Below the surface, the roots of trees conflict with space required for new utilities and foundations. And, of course, there’s also room needed for the construction activity itself.

There will always be trees planted in new communites, but that doesn’t fully compensate for the loss of mature trees. It’s a loss that we can’t get back.

There is a massive demand for housing and the City is legally required to have an appropriate amount of land available for development. The problem is we have limited land to expand on without encroaching onto farmland and wetlands. In general, Provincial policy puts a precedence on residential development above the retention of trees—and the City is required to follow provincial policy. We simply don’t have much leverage to retain trees on development sites.

(Developers must follow the rules and have the proper permits when it comes to removing trees, and the City’s new Tree Protection By-law that came into effect this year will help in many cases.)

The City earmarks several million dollars each year to acquire significant natural areas. This fund is being used to purchase five hectares of Shea Woods (see below).  The City purchases land at market rates, so even a small piece of land can cost millions of dollars to acquire. Sometimes this can be accomplished through tax levies or special area charges, but it also depends on the landowner being willing to sell their property to the City.

One thing we can do to save trees is create natural woodlots on development sites as part of required parks dedication, and we can look for opportunities to retain trees around the boundaries of sites and along recreation pathways. This has been a very successful strategy so far and has created some well-used and appreciated green space in Stittsville.

Signage at Kemp Woodland

Here are some recent success stories that I can highlight:

  • Kemp Woodland: The City has protected the Kemp Woodland near Sacred Heart High School – an 8.9-hectare forest with cedar trees dating back more than 150 years. One tree is believed to date to 1761!
  • Shea Woods: We are finalizing the purchase of five hectares of forest in the Fernbank area that is currently popular with dog walkers.
  • Putney Park (Westwood) & Joe Lewis Park (Potter’s Key): Two examples of parks that have incorporated mature trees into the park design as a permanent natural area. This is a relatively new approach to park design that I want to see more of in the future.
  • Carp River Conservation Area: Enhancement and protection of the ecological area along the Carp River between Hazeldean Road and Richardson Side Road.
  • Poole Creek corridor: Continued attention along the corridor to protect against future development, along with creation and enhancement of pathways for recreation use.
  • Goulbourn Wetlands: This is an area just west of Stittsville along the Trans Canada Trail. There’s a strip of land immediately west of the West Ridge neighbourhood that is potential development land and I’ve been working to stop attempts to develop this area for housing. I’d like to see it permanently identified as a protected ecological area.
  • Stormwater Management Ponds: A common practice for new subdivisions is creating naturalized areas around stormwater management ponds.  You’ll see good examples of this in Jackson Trails, Blackstone, and Edenwylde/Traditions II. This is a good way of maximizing natural areas in neighbourhoods.
  • Amberwood Golf Course: The Amberwood Village Recreation Association is moving forward with a financing plan to ensure the future of the golf course and prevent redevelopment for the foreseeable future.

These are just a few examples of projects that have been completed or are in the works to protect and enhance important natural areas in our community. We are also working with developers on every application to encourage them to save as many trees as possible in future developments.

I also always encourage residents to get involved as volunteers to help with community clean-ups and stewardship of these areas. In addition, you can request trees to be planted in your yard as part of the Trees in Trust program. Read more about the City’s trees and urban forests…


Carnet de notes : sauvons les arbres de l’aménagement

De vastes parcelles de terrain sont en cours d’aménagement en banlieue d’Ottawa et de nombreux arbres sont abattus en vue de la construction. Mais les résidents se demandent : comment faire pour sauver certains de ces arbres?

Je suis toujours triste de voir des arbres et des forêts s’effacer de notre paysage local et j’aimerais que nous puissions conserver une plus grande proportion de ces zones naturelles. Mais malheureusement, étant donné l’ampleur des travaux de construction dans les nouveaux aménagements, il est très difficile d’éviter ces pertes. Certains arbres se trouvent aux endroits où seront construites les futures habitations et routes, et les chantiers exigent habituellement le renivellement de tout le site. Sans compter que les racines entravent le raccordement aux services publics et le coulage des fondations. Et, évidemment, il faut dégager un espace pour les travaux de construction en tant que tels.

On ne cessera jamais de planter des arbres dans les nouveaux quartiers, mais ce n’est pas suffisant pour compenser la disparition d’arbres mûrs. C’est une perte irrémédiable.

La demande de logements est très forte, et la Ville est légalement tenue d’avoir un nombre adéquat de terrains disponibles pour l’aménagement. Le problème, c’est qu’on ne peut pas agrandir constamment l’espace aménagé sans empiéter sur les terres agricoles et les milieux humides. Les politiques provinciales – que la Ville doit suivre – veulent que l’aménagement résidentiel prime sur la conservation des arbres. Nous n’avons pas beaucoup de recours pour bloquer l’abattage d’arbres sur les sites d’aménagement.

(Les promoteurs doivent suivre les règles et obtenir les permis nécessaires pour abattre les arbres, et le nouveau Règlement sur la protection des arbres de la Ville, entré en vigueur cette année, aidera à la conservation dans bien des cas.)

La Ville réserve plusieurs millions de dollars chaque année pour l’acquisition de zones naturelles. Le fonds sert actuellement à l’achat de cinq hectares du boisé du chemin Shea (voir ci-dessous). La Ville achète les lots à leur valeur marchande, donc une petite parcelle peut coûter des millions. Parfois, on y arrive par la perception d’impôts ou de redevances spéciales, mais il faut d’abord que le propriétaire accepte de vendre son terrain à la Ville.

Une possibilité concrète pour sauver des arbres : créer des boisés naturels dans les secteurs aménagés comme élément obligatoire de la vocation des parcs; on peut aussi miser sur les occasions de conserver les arbres en bordure des sites et le long des sentiers récréatifs. Cette stratégie a déjà connu beaucoup de succès et mené à la création d’espaces verts grandement utilisés et appréciés à Stittsville.

Signage at Kemp Woodland

Voici quelques réussites récentes :

  • Boisé Kemp : La Ville a protégé le boisé Kemp près de la Sacred Heart High School – une forêt de 8,9 hectares abritant des thuyas âgés de plus de 150 ans. Un des arbres y serait depuis 1761!
  • Boisé du chemin Shea : Nous sommes en train de finaliser l’achat de cinq hectares de forêt dans le secteur de Fernbank, prisé des gens pour y promener leur chien.
  • Parc Putney (Westwood) et parc Joe-Lewis (Potter’s Key) : Voilà deux exemples où on a intégré à l’aménagement du parc des arbres mûrs pour former une zone naturelle permanente. Il s’agit d’une approche assez récente, qui j’espère gagnera en popularité.
  • Zone de conservation de la rivière Carp : Amélioration et protection de la zone écologique longeant la rivière Carp entre le chemin Hazeldean et le chemin Richardson Side.
  • Corridor du ruisseau Poole : Travail soutenu le long du corridor pour la protection contre les nouveaux aménagements, en plus de la création et de l’amélioration des sentiers à usage récréatif.
  • Terres humides de Goulbourn : Zone tout juste à l’ouest de Stittsville longeant le Sentier Transcanadien. Une bande de terre immédiatement à l’ouest du quartier West Ridge est propice aux aménagements, et je travaille à bloquer les demandes pour la construction d’habitations. J’aimerais qu’elle soit reconnue de façon permanente comme une zone écologique protégée.
  • Bassins de rétention des eaux pluviales : Dans les nouveaux lotissements, on crée souvent des zones naturalisées autour des bassins de rétention des eaux pluviales. On en trouve de bons exemples aux lotissements Jackson Trails, Blackstone et Edenwylde/Traditions II. C’est une excellente façon de maximiser les aires naturelles des quartiers.
  • Terrain de golf Amberwood : L’association récréative du village d’Amberwood va de l’avant avec un plan de financement pour assurer la pérennité du terrain de golf et prévenir les réaménagements pour le moment.

Ce ne sont là que quelques-uns des projets passés ou en cours visant à protéger et à améliorer les importantes aires naturelles de notre ville. De plus, nous collaborons avec tous les promoteurs qui font une demande pour les inciter à conserver le plus d’arbres possible dans leur projet.

Comme toujours, j’encourage les résidents à se porter bénévoles pour participer aux corvées de nettoyage collectives et appuyer l’intendance environnementale dans ces secteurs. Et n’oubliez pas que vous pouvez demander à ce que des arbres soient plantés dans votre cour par l’entremise du programme Fonds des arbres. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’initiative Arbres et forêts urbaines de la Ville.