(PHOTO: OC Transpo / Photo by tsaiproject. Used under a creative commons license.)

(Le français suit)

Ottawa’s Transit Commission met on Thursday morning. I took the bus in and was 9 minutes late due to congestion on the Transitway downtown.  STO buses that normally use Wellington Street were re-routed due to the truck convoy downtown.

Being 9 minutes late was not a significant problem for a meeting that spanned over 4.5 hours. The main item on the agenda was the OC Transpo budget for 2019.  From a budgeting perspective this is a unique year. The launch of LRT will represent a significant change for Ottawa’s transit system, and the uncertainty around the launch date makes the budgeting and planning process for 2019 extremely challenging.

First the good news: There is significant investment to ensure more buses, more capacity, and more reliability for Stittsville OC Transpo riders. There will be additional trips in the morning and afternoon for the 261, 262 and 263; and improved connections and reduced travel time for route 252. We’ll see more high-capacity buses (double deckers and articulated buses) on these routes. We’ll see fewer delays/cancellations and more reliability in the system overall. This is excellent news for OC Transpo riders and these are upgrades that I’ve been advocating for over the past several months.

The bad news: These changes won’t come until LRT begins. I’ve been saying all along that the current transit system is fragile, and operating at its maximum capacity. Less snow and warmer weather will certainly help the situation, and OC Transpo continues to tweak operations to improve service, but at this point it’s all band-aid solutions until LRT starts.

As OC Transpo head John Manconi said at the meeting:

“Our customers are going through a lot of pain. I need the LRT to get up and running. I can’t be any more candid with you than that. We have had a horrible reliability issue. I’m not making excuses.”

The draft budget that we approved yesterday at Transit Commission will be considered next by City Council on March 6. Highlights of the budget include:

  • $5.1M per year in additional funding for investments to enhance transit service in communities across the city;
  • Funding to purchase 12 new buses and replace 79 buses that have reached the end of their life-cycle;
  • Refurbishment of existing buses to keep them in good condition for customers;
  • Bus stops, shelters and customer improvements at Transitway and O-Train stations;
  • Traffic studies to improve the reliability of transit services and reduce operating costs;
  • Increasing call centre staffing for Para Transpo to improve customer experience;
  • A fare freeze until July 1, 2019, at which point a proposed 2.5 percent increase to transit fares would take effect; and
  • Seniors 65 and over travel for free on Sundays in addition to Wednesdays, beginning on July 1, 2019.

***

More notes from the meeting:

  • We heard from several delegations who shared their concerns about equity and access to transit in our city. Their input was extremely valuable, and I’m looking forward to working with my fellow councillors and citizen members of the commission to review policies, procedures and data to ensure OC Transpo is delivering equitable and reliable service.
  • A fare freeze continues to be in effect until July 1, 2019. There is a possibility to extend the fare freeze further in the year if LRT has not launched by the end of June.
  • I submitted an inquiry to OC Transpo staff to clarify what formal or informal policy and procedures are in place for OC Transpo during extreme weather days. Given the service issues we’ve seen on extreme cold days or during major snow storms, I would like to better understand how OC Transpo plans and reacts to these events. I will receive a reply back from staff in the coming weeks and I will share it on my blog.


 

I took the bus home last night from City Hall after a long day of meetings downtown. I went to catch my 261 bus at Mackenzie King station outside of the Rideau Centre around 4:00pm.

Like every night, buses were lined up on the bridge to ferry commuters home to all points west, east and south. Buses line up front-to-back with just a few inches in between each one.

Last night, the first bus in line had a mechanical problem, and could not move. That meant no bus behind it could move either. Within minutes there were dozens of buses in a growing queue stretching back towards Ottawa University.

In under 10 minutes, the first bus in line was moving again, but that small delay set back dozens of buses, and impacted every commuter leaving downtown towards Kanata, Stittsville and Barrhaven.  That short breakdown of a single bus in front of the Rideau Centre probably cost every driver headed to the suburbs another 15 minutes on the trip home.

This is the kind of thing that happens on a regular basis. A bus gets stuck in the snow. A truck parks in a bus lane. A protest snarls traffic downtown.

And these are exactly the kinds of situation that LRT, when it finally launches, will eliminate. But until it launches, we’re likely in for more delays, cancellations, and crowded buses.

 


CARNET DU CONSEILLER : Plus d’autobus et plus de fiabilité pour Stittsville

La Commission du transport en commun d’Ottawa a tenu une réunion jeudi matin. Pour m’y rendre, j’ai pris l’autobus, et je suis arrivé 9 minutes en retard à cause de la congestion routière sur le Transitway dans le centre-ville. Les autobus de la STO qui passent habituellement par la rue Wellington ont été redirigés à cause d’un convoi de camions.

Mon retard de 9 minutes n’a pas posé de problème important, puisque la réunion s’est étendue sur plus de 4 heures et demie. Le point principal à l’ordre du jour était le budget d’OC Transpo pour 2019. Du point de vue du budget, c’est une année particulière. Il faut dire que le lancement du train léger représentera un changement important pour le réseau de transport en commun. Mais comme on n’en connaît pas encore la date, l’élaboration du budget et le processus de planification pour 2019 sont un défi de taille.

Les bonnes nouvelles d’abord : il y aura des investissements considérables afin d’offrir plus d’autobus, une meilleure capacité et plus de fiabilité aux passagers d’OC Transpo à Stittsville. De nouveaux départs seront ajoutés le matin et l’après-midi aux circuits 261, 262 et 263;les correspondances sur le circuit 252 seront améliorées et le temps de déplacement sera moins long. Il y aura plus d’autobus à grande capacité (autobus à deux étages et autobus articulés) sur ces circuits et moins de délais et d’annulations : le système sera, de façon générale, plus fiable. Ces améliorations, pour lesquelles j’ai milité pendant les derniers mois, sont une excellente nouvelle pour les usagers d’OC Transpo.

Et maintenant, la mauvaise nouvelle : ces changements n’entreront pas en vigueur avant l’arrivée du train léger. Je le dis depuis toujours : le réseau de transport en commun est fragile, et il fonctionne au maximum de sa capacité. Des températures plus clémentes et la fin des précipitations neigeuses aideront sans doute la situation, et OC Transpo continue certes de modifier ses opérations pour améliorer le service, mais au point où l’on en est, ce ne sont que des solutions temporaires jusqu’à l’arrivée du train léger.

Comme a dit John Manconi,le responsable d’OC Transpo, lors de la réunion :

« Nos usagers souffrent beaucoup. Nous avons besoin que le train léger soit opérationnel. Je ne peux pas être plus franc que ça. Nous avons eu d’horribles problèmes de fiabilité dans le passé; je ne cherche pas à inventer des excuses. »

Le budget provisoire que nous avons approuvé hier à la Commission du transport en commun sera examiné par le Conseil municipal le 6 mars. Voici les points importants :

  • Financement supplémentaire de 5,1 M$ par année pour investir dans l’amélioration des services de transport en commun dans les quartiers de la ville;
  • Financement pour l’achat de 12 nouveaux autobus et pour le remplacement de 79 autobus en fin de vie;
  • Réparation des autobus existants afin qu’ils soient en bon état pour les usagers;
  • Amélioration des arrêts d’autobus, des abribus et du service du Transitway et des stations de l’O-Train;
  • Étude de la circulation pour améliorer la fiabilité du transport en commun et réduire son coût de fonctionnement;
  • Augmentation du nombre d’employés au centre d’appel de Para Transpo pour améliorer l’expérience client;
  • Gel de tarif jusqu’au 1er juillet 2019, date à laquelle une augmentation de 2,5 % entrera en vigueur;
  • Transport gratuit pour les aînés le samedi, en plus du mercredi, à compter du 1er juillet 2019.

 

*** 

Autres points concernant la réunion :

  • Plusieurs intervenants ont partagé leurs inquiétudes quant à l’équité et l’accessibilité du transport en commun dans notre ville. Leur avis fut extrêmement précieux, et j’ai hâte de travailler avec les autres conseillers ainsi que les membres citoyens de la Commission pour réviser les politiques, les procédures et les données afin qu’OC Transpo offre des services équitables et fiables.
  • Le gel de tarif est en vigueur jusqu’au 1er juillet 2019. Il serait possible de le prolonger jusqu’à plus tard dans l’année si le train léger n’est pas opérationnel d’ici la fin juin.
  • J’ai envoyé une demande au personnel d’OC Transpo pour clarifier quelles sont les politiques et procédures officielles ou non mises en place en cas de conditions climatiques extrêmes. Compte tenu des problèmes de service que nous avons vécus lors des jours de froid extrême ou pendant les grosses tempêtes, j’aimerais mieux comprendre comment OC Transpo planifie ces situations et y réagit. Je recevrai la réponse dans les prochaines semaines et vous la partagerai sur mon blogue.

Hier soir, après une longue journée de réunions au centre-ville, je suis rentré de l’hôtel de ville en autobus. Je me suis rendu à la station Mackenzie King, devant le Centre Rideau, pour prendre le circuit 261, vers 16 h.

Comme chaque soir, les autobus étaient alignés sur le pont, point central vers l’ouest, l’est et le sud. Ils faisaient la queue presque pare-chocs contre pare-chocs.

Mais hier soir, à cause d’un problème mécanique, le premier autobus ne pouvait pas avancer, ce qui veut dire que celui qui attendait derrière lui ne pouvait pas avancer non plus. En quelques minutes, des dizaines d’autobus ont formé une file qui s’allongeait vers l’Université d’Ottawa.

Il a fallu moins de 10 minutes au premier autobus pour se remettre à avancer, mais ce petit délai a retardé des dizaines d’autobus et tous ceux qui partaient du centre-ville en direction de Kanata, Stittsville et Barrhaven. Une simple panne devant le Centre Rideau a probablement coûté aux conducteurs en route vers les banlieues 15 minutes supplémentaires.

Ce genre de situation arrive régulièrement. Un autobus reste coincé dans la neige; un camion se stationne dans une voie réservée aux autobus; une manifestation provoque des bouchons dans le centre-ville.

Et c’est précisément ce genre de situations qui disparaîtront avec l’arrivée du train léger, lorsqu’il sera enfin opérationnel. Mais, d’ici là, il y aura probablement d’autres retards, d’autres annulations, et d’autres autobus pleins à craquer.